Antoine Ducommun
Accueil > Voyage en Afrique et ailleurs... > 2e partie au Bénin > Abomey, la ville aux 12 palais royaux !

Abomey, la ville aux 12 palais royaux !

mardi 22 février 2011, par Aduco

Mardi, nous voyageons jusqu’à Bohicon. Nous tombons sur un petit motel sympathique, où nous savourons une grande assiette de salade ! La première depuis notre départ de Ouagadougou !
Nous profitons d’être proche des cavernes d’Agongouinto pour aller faire la visite.

Il s’agit de cavernes qui auraient été creusées au temps de la guerre entre les ethnies du Bénin et du Nigeria. Les Béninois se cachaient dans ces trous pour fuir leur attaquant et pouvoir ensuite les surprendre par-derrière ! Visite intéressante, même si on apprendra par la suite que ce n’est pas la vraie raison, mais que c’était plutôt utilisé comme citerne, réservoir d’eau…

Le lendemain, nous rejoignons Abomey en zems avec nos gros sacs. Avec le vent et la vitesse, nous devons nous cramponner sous la selle pour ne pas être éjectés à chaque bosse !

À Abomey, nous découvrons un peu plus la religion Vodoun (ou Vaudou) avec les temples, et autels et autres lieux ou objets de cultes.

Cela nous paraît être une religion bien compliquée, mais très intéressante ! Par exemple, contrairement à la Suisse, les enfants malformés sont considérés comme des divinités et sont bienvenus dans les familles, de même que les enfants albinos.


Nous visitons également plusieurs temples, ayant appartenus aux différents rois de l’époque.


Sur les murs d’entrée, ainsi que sur les murs des bâtiments intérieurs se trouvent des bas-reliefs, sorte de modelage donnant du relief aux dessins représentant des scènes de guerre, ou des symboles du roi. Ces dessins ont été bien restaurés et donnent un beau style aux bâtiments. On en trouve également dans beaucoup d’autres parties de la ville, sur des bâtiments plus récents comme des écoles, la gendarmerie, certains magasins, ...


Voici un bâtiment colonial, aujourd’hui abritant la mairie d’Abomey.


Dans notre découverte de la ville, nous passons par la place Goho, ou se trouve une gigantesque statue du roi Béhanzin, qui a refusé de signer un traité avec les colons français.

En fait il y a 12 palais royaux dans toute la ville, mais il n’y en a que trois qui ont été rénovés. Tous les autres sont en ruines, mais un gros travail de rénovation est en cours et d’ici 2020, les travaux devraient être terminés ! Si jamais ça vous intéresse, patienter quelques années !!!

Après notre escale à Abomey, nous avons pris un super bus de la poste, que nous avons dû payer plus cher, car il était climatisé ! Mais on s’est dit que ça valait la peine, vu la chaleur ambiante ! Ben on s’est fait eu !!! En définitive, la climatisation était en grève et les fenêtres ne s’ouvrant pas, nous avons fait 3h de sauna, suant à grosses gouttes !!! Antoine a essoré sa chemise en arrivant à Cotonou !

En arrivant à Cotonou, nous avons été super bien accueillis par Waliou, l’ami béninois de nos amis suisses qui nous prêtent leur appartement à Cotonou ! Il nous a de suite amené à l’appartement, qui s’est révélé être en fait un vrai palace, surtout après tous nos jours de vadrouilles depuis notre départ du Burkina ! Nous sautons de joie en découvrant une vraie cuisine avec une cuisinière/four, des salles de bains bien équipées, un grand salon avec une TV et une terrasse sur le toit avec vue sur l’océan ! Bref, un vrai petit coin de paradis idéal pour quelques jours de repos avant d’attaquer les visites de la ville et du bord de l’océan !

L’appartement se situe un peu en bordure de la ville, dans un quartier appelé « zone des ambassades », avec principalement des grosses maisons. Cela fait un peu bizarre de vivre dans une si grande maison et si luxueuse lorsqu’on voit les voisins qui vivent dans une maison fait de tôle et de matériaux de récupération...
Sinon, la ville est grande, et pas autant polluée que Ouagadougou. Il fait chaud humide, mais il y a beaucoup moins de poussière. Le plus gros point négatif c’est le nombre de Zem qui sillonnent la ville dans tous les sens et qui rendent la circulation très dangereuse !

Dimanche, nous sommes invités chez Waliou pour le dîner. Nous y allons vers 10h afin de voir comment se prépare la « pâte rouge » (comme le tô du Burkina, mais avec de la sauce tomate incluse et plus liquide), délicieux !
L’après-midi, nous allons rendre visite à la maman d’Antoine (notre ami béninois de Suisse), et faisons également la connaissance de ces soeurs ! Nous sommes très bien accueillis, dans les rires et la joie ! On nous avait dit bien souvent que les Burkinabés sont un peuple très accueillant, mais les Béninois le sont tout autant !!!

Petite photo de famille :

Mardi, moment tant attendu de Lilou : baignade à l’océan ! Elle trépigne d’impatience et sitôt la voiture parquée, elle se précipite dans l’eau ! Nous louons un petit abri pour y mettre nos affaires et sautons dans les vagues !!!

Waliou n’est pas très rassuré, mais Imane a tellement envie de se baigner qu’après avoir oublié de reculer devant une grosse vague, elle enleva sa robe pour la faire sécher, et nous rejoignit en culotte pour une petite trempette ! Mais attention, toujours fermement tenue par Lilou, car les vagues sont fortes !!!


Présentation de la famille de Waliou : son épouse Islamia, sa fille aînée Bouchira, vient ensuite la deuxième : Imane et la petite dernière Mouna !!!

©2003-2018 Aduco.ch - Antoine Ducommun - N'hésitez pas à me contacter si vous souhaitez utiliser une photographie.
Plan du site | | Contact | RSS 2.0

SPIP